Brigitte Leridon sur France Culture, La Methode Scientifique

*Que se passerait-il si, demain, on trouvait des supraconducteurs fonctionnant à température ambiante ? Eh bien, on pourrait tout faire léviter ! Sur les voies ferrées, les trains glisseraient au-dessus de leurs rails. Et le skate-board à lévitation de Retour vers le Futur serait enfin une réalité ! La supraconductivité permettrait aussi de faire circuler le courant dans des câbles électrique sans frottement, et donc sans perte énergétique… Hélas, aujourd’hui, à pression ambiante, les matériaux supraconducteurs ne fonctionnent qu’à basse, très basse température. Mais degré après degré, les chercheurs travaillent patiemment à dépasser cette frontière du grand froid.

Supraconductivité : chaud devant ? C’est le sujet, brûlant, qui nous réchauffera durant l’heure qui vient. Bienvenue dans la Méthode scientifique.

Pour parler de la supraconductivité, des incroyables pouvoirs de cet état de la matière, de ce que l’on sait à son sujet mais aussi des freins qui nous empêchent encore de l’utiliser dans la vie de tous les jours, nous avons le plaisir de recevoir Brigitte Leridon, chercheuse au CNRS, vous travaillez au Laboratoire de Physique et d’Étude des Matériaux à l’ESPCI de Paris et Julien Bobroff, physicien, professeur à l‘Université Paris Sud (Orsay), responsable de l’équipe de recherche “La Physique Autrement” au Laboratoire de Physique des Solides.
Le reportage du jour

Un des grands défis en supraconductivité consiste à produire des matériaux à plus haute température, pour des applications facilitées dans l’usage courant. L’enjeu pour y parvenir est multiple : concevoir des expériences toujours plus sophistiquées, mettre en évidence des phénomènes physiques nouveaux et surtout élaborer une théorie qui explique mathématiquement les observations. Reportage au laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques de l’Université Paris Diderot, avec Alain Sacuto, directeur de recherche et son doctorant Nicolas Auvray. Par Céline Loozen :https://www.franceculture.fr/emissi...

Haut de page



À lire aussi...

Formation d’états liéShiba au seuil de mobilité dans des nanofils de InAs dopés

Un nanofil connecté à deux électrodes et refroidi à très basse température (T = 25 mK) forme un Quantum Dot dans lequel le nombre d’électrons peut être (...) 

> Lire la suite...

Détecteur infrarouge court par effet photothermique à l’aide de nano-batônnets d’or colloïdaux

Légende en français : (En haut à gauche) Schéma décrivant la structure d’un dispositif hybride nano-bâtonnets d’or (Au-NR)/thermistor. (En bas à gauche) (...) 

> Lire la suite...