De nouveaux ligands zwitterioniques pour les QDs et l’imagerie biologique

L’application des quantum dots fluorescents en imagerie biologique
nécessite une chimie de surface à la fois compacte, furtive et stable
afin de bien contrôler les interactions entre ces nanosondes et leur
environnement. E. Muro et ses collaborateurs ont développé un nouveau
ligand zwitterionique, possédant à la fois une charge positive et une
charge négative, qui est à la fois bien plus petit et plus stable que le
polyethylène glycol utilisé jusqu’à présent pour la biocompatibilité des
nanoparticules. Cette nouvelle fonctionnalisation des QDs ouvre la voie
à de nombreuses applications pour l’imagerie cellulaire ou in vivo.

Eleonora Muro, Thomas Pons, Nicolas Lequeux, Alexandra Fragola, Nicolas
Sanson, Zsolt Lenkei and Benoit Dubertret
J. Am. Chem. Soc., *2010*, /132/ (13), pp 4556—4557

Haut de page



À lire aussi...

L’infiniment petit peut-il être visible ? sur RFI

L’infiniment petit peut-il être visible ? sur RFI à ecouter ici 

> Lire la suite...

Comment la supraconductivité à deux-dimensions disparait-elle sous champ magnétique à température nulle ?

Des physiciens ont étudié un gaz bidimensionnel d’électrons supraconducteur à très basse température. L’application d’un champ magnétique perpendiculaire (...) 

> Lire la suite...