De nouveaux ligands zwitterioniques pour les QDs et l’imagerie biologique

L’application des quantum dots fluorescents en imagerie biologique
nécessite une chimie de surface à la fois compacte, furtive et stable
afin de bien contrôler les interactions entre ces nanosondes et leur
environnement. E. Muro et ses collaborateurs ont développé un nouveau
ligand zwitterionique, possédant à la fois une charge positive et une
charge négative, qui est à la fois bien plus petit et plus stable que le
polyethylène glycol utilisé jusqu’à présent pour la biocompatibilité des
nanoparticules. Cette nouvelle fonctionnalisation des QDs ouvre la voie
à de nombreuses applications pour l’imagerie cellulaire ou in vivo.

Eleonora Muro, Thomas Pons, Nicolas Lequeux, Alexandra Fragola, Nicolas
Sanson, Zsolt Lenkei and Benoit Dubertret
J. Am. Chem. Soc., *2010*, /132/ (13), pp 4556—4557

Haut de page



À lire aussi...

Des quantum dots dans une coquille d’or

Un couplage efficace entre photons et plasmons obtenu par l’enrobage d’une boîte quantique colloïdale dans une coquille d’or. Pour la première fois, (...) 

> Lire la suite...

Supraconductivité : le Langevinium et Jérôme Lesueur à l’honneur

Mercredi 20 mars, une équipe de télévision est venue interviewer Jérôme Lesueur, professeur et directeur du Laboratoire de physique et d’étude des (...) 

> Lire la suite...